Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Musiques contemporaines XX & XXI

Musiques contemporaines XX & XXI

Chroniques de concerts,de festivals, d'événements, de livres, de disques et de DVD.

6 Septembre 2014

Bernard Sobel carte blanche : Guan Hanqing aux Déchargeurs

Bernard Sobel carte blanche  Guan Hanqing. Corélaisation les déchargeurs / cie Bernard Sobel. Théâtre des déchargeurs,  3rue des déchargeurs 75001 Paris m° Châtelet. représentation à 18 h 30 jusqu'au 27 septembre.

Bernard Sobel a une passion si forte du théâtre que rien ne peut arrêter sa vie de saltimbanque. Le théâtre, c’est son oxygène. Vous pouvez lui enlever tous les moyens financiers du monde et le mettre à la retraite d’office mais rien n’y fera. Au Japon, il serait un trésor vivant que l’on vénérerait. En Chine, il serait un sage que l’on viendrait interroger telle une pythie. Bon arrêtons l’éloge, c’est comme ça, c’est la vie.

Les deux pièces du dramaturge chinois Guan Hanqing,  Sauvée des eaux par une coquette et Le Rêve du papillon sont d’une durée chacune d’une cinquantaine de minutes, ceux sont des chefs-d’œuvre. Certes les français cultivés connaissent maintenant Tang Xianzu (1550-1616) dramaturge de l’époque Ming grâce au Festival d’Automne et au roman de Lisa See, Le Pavillon aux pivoines.  Guan Hanqing (c. 1241-1320) est un dramaturge de l’époque Yuan. Le théâtre chinois, est un théâtre chanté, on évoque le terme d’opéra-théâtre. Il est rattaché au style zaju de la Chine du Nord. C’est un spécialiste du  « drame judiciaire » et les deux pièces proposées sont dans cette veine. Si vous avez aimé les enquêtes du Juge Ti de Robert van Gulik ou les deux « blockbusters » Détective Dee, vous serez dans votre élément.

La première pièce Sauvée des eaux par une coquette nous montre comment la « courtisane » Zhano Paner va sortir d’un mauvais mariage Ynzhang sa compagne du quartier des plaisirs de Bianlang. La seconde pièce, Le Pavillon du rêve tient du jugement de Salomon voire du Cercle de craie Caucasien de Brecht. On y entend aussi la Bonne Âme du Se-Tchouan.

La troupe ici présente, car ils sont neuf sur scène et nous n’avons pas envie de dire qui est meilleur que l’autre, ni de les différencier. C’est l’esprit de la compagnie qui habite chacun des acteurs sur la scène. Le blanc domine, il joue dans une boîte, tout est à l’économie, les costumes et les maquillages sont d’une justesse confondante. Cela me rappelle le Petit Théâtre de Vitez à Chaillot. Théâtre parfait, il faut aller aux Déchargeurs séances tenantes. Il n'y a que 80 places !

Les comédiens : Jérôme Cochet, Daniel Léocadie, Clémence Longy, Frédéric Losseroy, Manon Payelleville, Zelda Perez, Noémie Rimbert, Théophile Sclavis et Sylvain Martin pour les bruitages.

Bernard Sobel (mise en scène), Michèle Raoul-Davis (dramaturgie), Evelyne Pieiller (texte français), Jean-Baptiste Gillet (décor), Jean-François Besnard (lumières), Mina Ly (costumes, coiffures et maquillage), son (Bernard Valléry)

A lire : Cinq pièces de Guan Hanqing », Théâtre/Public, cahier coordonné et présenté par Michèle Raoul-Davis, nos  186-187, 2007 — retraduction depuis les traductions en anglais de Gladys Yang et Yang Xianyi.

Guan Hanqing. Acteurs de théâtre. Peinture murale du temple de Guangshen (environs de Hongdong, Shanxi), 1324. Théâtre/Public

Guan Hanqing. Acteurs de théâtre. Peinture murale du temple de Guangshen (environs de Hongdong, Shanxi), 1324. Théâtre/Public

Publié par Omer Corlaix à 11:42am

commentaires