Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Musiques contemporaines XX & XXI

Musiques contemporaines XX & XXI

Chroniques de concerts,de festivals, d'événements, de livres, de disques et de DVD.

27 Février 2016

Le 12e Concours international de piano d'Orléans en majesté

Entretien avec Jean-François heisser, fichier son, cliqué dessus

Entretien avec Jacquesline Méfano, fichier son, cliqué dessus

Le 12e Concours international de piano d'Orléans en majesté

Mercredi 24 février, Épreuve dite "récital", Salle de l'Institut, Orléans

Dimanche 28 février Finale. Théâtre d'Orléans à 15 h avec la participation de l'Ensemble Court-circuit. Les trois finalistes : Marianna Abrahamyan, Philippe Hattat, Takuya Otak

Le Concours international de piano d’Orléans est une fête pour le mélomane amateur de musique contemporaine. Cette douzième édition est sous le haut patronage du Président de la république cela oblige les tutelles d’y jeter un œil voir plus une paire d’oreilles. Cette édition est également dédiée à Pierre Boulez. Quarante jeunes pianistes venant de France et d’Asie ont permis aux auditeurs d’entendre un large répertoire pianistique couvrant le XXe siècle. Le jury de cette année est présidé par le pianiste Jean-François Heisser. Celui-ci est connu pour sa création de la grande fresque pianistique du compositeur tulliste, Philippe Manoury, La Ville. Il est un interprète émérite de la musique de Messiaen mais aussi de Karlheinz Stockhausen. On lui doit des interprétations ayant fait date d’œuvres de Granados et Albéniz. Il était entouré des pianistes, Jacqueline Méfano, Hie-Yon Choi et Winston Choi, des compositeurs Hèctor Parra et Vladimir Tarnoposlki et de Jean-Pierre Derrien. L’épreuve dite « récital »rassemblait plus que 7 interprètes. Chacun devait concevoir un petit programme de 40 minutes. La journée avançant, la tension montait aussi bien du côté du jury que celui du publique. Tout le monde se prenait au jeu du concours. Mon tiercé ne comprenait pas le français Philippe Hattat, en dépit d’une interprétation magistrale du Klavierstücke V de Stockhausen. Je voyais à sa place le pianiste américain Tae Kim, un athlète du piano, son interprétation de Suonare de Bruno Mantovani impressionnait par sa fougue et une virtuosité très enlevée mais le jury en décida autrement. Le jeune japonais Takuya Otaki, si certes a parfois du mal à gérer la résonance finale du piano, il s’avère un petit génie sur le fil du rasoir. La troisième personne retenue pour la finale, l’arménienne Marianna Abrahamyan, a su habilement rajouter les deux premières pièces des Six Encores de Luciano Berio qui me semblent les plus intéressantes. La présence à son petit récital des Trois Pièces op. 49 d’Albert Roussel étaient un choix judicieux sortant des sentiers battus. Elle finissait sa prestation envoûtante avec la Chaconne de Sofia Goubaïdoulina. Belle progression qui emporta les suffrages du jury. Dimanche à partir de 15 h au Théâtre d’Orléans, il va falloir départager. Au programme,nos trois finalistes ont entre autres aux côtéx du Concerto pour 9 instruments d’Anton Webern et d'une œuvre de leur choix, une commande du Concours faite au compositeur Philippe Hersant, Le Carillon d’Orléans. Ce dernier vient de recevoir une Victoire de la musique 2016 pour ses Vêpres de la Vierge. Nous avons rencontré le Président du jury, Jean-François Heisser et la pianiste Jacqueline Méfano. Bonne écoute ! Il y a encore des billets de train à 10 € pour aller à Orléans ! Pourquoi donc s’en priver ?

Publié par Omer Corlaix à 17:02pm

commentaires