Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Musiques contemporaines XX & XXI

Musiques contemporaines XX & XXI

Chroniques de concerts,de festivals, d'événements, de livres, de disques et de DVD.

30 Juillet 2016

Passer l'été avec Les Feltram à Arcachon, Cassou-Noguès et les Éditions MF

Passer l'été avec Les Feltram à Arcachon, Cassou-Noguès et les Éditions MF

Pierre Cassou-Noguès

Collection Inventions – roman

13 x 18 cm – 120 pages – 12,00 €

isbn : 978-2-915794-64-9

Il y a deux façons de voir L’Hiver des Feltram. Ou bien comme la chronique de la morte saison dans une station balnéaire du Bassin d’Arcachon. Les frères Feltram, Bertrand et Philippe, Sylvie, la femme de Bertrand, laissés à eux-mêmes dans la grande maison devant la plage. Ou bien comme une étude sur le fantastique contemporain et une tentative pour analyser le rôle de l’élément eau dans la constitution de celui-ci.

Nous suivons donc les Feltram, jour après jour, pour observer le travail de la mer qui ronge les esprits comme la ligne de côte. La mer s’attaque à tout ce qui est défini et n’en conserve que de vagues fantômes. Les deux frères perdent peu à peu pied, pendant que Sylvie lit des romans policiers : elle s’y accroche comme à une bouée.

A la fois réaliste (le narrateur ne raconte que ce qu’il voit) et fantastique (des fantômes apparaissent, un homme croit vendre son âme au diable), ce roman décrit avec une incroyable finesse la transformation inéluctable des personnages sous l’influence de la mer omniprésente.

Passer l'été avec Les Feltram à Arcachon, Cassou-Noguès et les Éditions MF

Figures libres. Un philosophe à la mer

LE MONDE DES LIVRES | 12.05.2016 à 09h21 • Mis à jour le 12.05.2016 à 15h19 | Par Roger-Pol Droit

Métaphysique d’un bord de mer, de Pierre Cassou-Noguès, Le Cerf, « Passages », 386 p., 24 €.

« Enfin Cassou-Noguès vint. Avec pertinence et subtilité, il considère le bord de mer comme objet philosophique à décrire, étrange et paradoxal. »

Des terriens, les philosophes. Même quand ils inventent le monde des idées, rêvent de larguer le sensible et de dire adieu aux pesanteurs terrestres, ils restent ancrés dans le sol et le solide. Ce qui est fluide, liquide, aquatique leur demeure étranger. Du maritime, ils ne disent presque rien. Un mince volume rassemblerait le florilège des pages océanes de la philosophie : quelques lignes de Leibniz sur le bruit des vagues, à propos des petites perceptions, des fragments de Kant et de Nietzsche en formeraient presque l’essentiel. Certes, l’Occident n’a pas inventé depuis bien longtemps les joies de la plage, les bienfaits des bains, l’exposition au soleil. Malgré tout, quelques générations de philosophes ­modernes, découvrant écume, maillots et déferlantes, n’ont pas daigné trouver là, vraiment, matière à métaphysique.

Enfin Cassou-Noguès vint. Avec pertinence et subtilité, il considère le bord de mer comme objet philosophique à décrire, étrange et paradoxal. Il en fait une expérience à formuler, à creuser, afin d’en faire saillir les singularités. C’est là, par définition, que ­s’arrête la terre. Ou plutôt qu’elle va s’arrêter : nos pas sur le sable sont encore possibles, notre présence physique demeure sur un sol ferme.

Mais tout se trouve altéré, car nous nous trouvons au bord d’un monde, visible et proche, mais énigmatique. Réputée immuable, indifférente à l’histoire, la mer est supposée rester identique à elle-même à travers les ­siècles. Semblable autant que changeante, une et multiple, elle découragerait finalement toutes les formes de saisie – qu’elles soient conceptuelles, logiques, ontologiques.

Métamorphose

Pour approcher cette limite, Pierre Cassou-Noguès a composé un livre-frontière, entre philosophie et poésie, inclassable et attachant. Unique en son genre, le texte chemine dans la pensée par le biais de la littérature. On y voit surgir et s’effacer, rangés dans l’ordre des saisons de l’année, éclats de souvenirs d’enfance et bribes de personnages-épaves, ­façades de station balnéaire et références métaphysiques, sensations et souvenirs mêlés. Car le bord de mer est fait aussi des plis du temps. Il « engage une transformation des corps, de la temporalité, de la vie elle-même ».

Pour explorer cette mutation et ses anfractuosités, Pierre Cassou-Noguès multiplie les évocations des visages ­successifs d’un bord de mer, celui d’Arcachon. Il rend sensible la rupture qui a transformé, au XIXe siècle, la mer redoutable en aire de jeux estivaux. Autrefois inhumaine, sauvage, monstrueuse, toujours inquiétante, la voilà devenue, presque d’un coup, tonique, relaxante, bienfaisante plus encore qu’inoffensive.

Des historiens ont exploré par le menu cette métamorphose. Le philosophe la fait vivre en ressuscitant par exemple l’hôtel Legallais, ouvert en 1823 à La Teste (Gironde). Là même où un cartographe décrivait encore, au XVIIIe siècle, l’enfer des dunes, les premiers touristes découvrent un éden rédempteur – eau pure, air sain.

Le charme de ce livre subtil et sensible, magnifiquement écrit, est de faire éprouver comment ces représentations d’effroi ou de paix tapissent notre imaginaire, et y coexistent. Et aussi de n’en rien conclure, laissant à chaque lecteur le soin de le faire. Car le texte est construit comme un château de sable échafaudé contre la marée, effacé régulièrement, recommencé sur un autre ton. S’il est de nouveau balayé, son souvenir, lui, ne s’efface pas.

Publié par Omer Corlaix à 10:14am

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires