Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Musiques contemporaines XX & XXI

Musiques contemporaines XX & XXI

Chroniques de concerts,de festivals, d'événements, de livres, de disques et de DVD.

27 Septembre 2016

Grand entretien avec la compositrice Georgia Spiropoulos

La voix, les outils ircamiens

Les Bacchantes d'Euripide et "Roll..n'Roll...n'Roll"

Membranes et ses projets

Grand entretien avec la compositrice Georgia Spiropoulos

σύγχρονη μουσική sýnchroni mousikí

Αποκλειστική Συνέντευξη με τον συνθέτη Γεωργία Σπυρόπουλος

Apokleistikí Synéntefxi me ton synthéti Georgía Spyrópoulos

J'avais rencontré la compositrice Georgia Spiropoulos à l'occasion du Festival Manifeste 2015, mais avec beaucoup de retard, enfin, l’entretien arrive, il conserve toute son actualité.

Dans le premier entretien nous découvrons la compositrice, son milieu, sa famille, ses premières expériences musicales.

Dans le second entretien nous entrons dans le vif du sujet avec Georgia Spiropoulos, la musique, la voix. On revient sur son parcours de la fin des années 90 avant son arrivée à Paris. Nous découvrons ses professeurs, ses premières influences musicales comme le rebétiko et la tradition du chant byzantin. Une référence, la chanteuse Katerana Xirou avec qui, elle a réalisé un disque avant de venir s’installer à Paris

Dans le Troisième entretien, elle aborde la voix growl, le chant guttural et les nouveaux outils ircamiens qui vont irriguer son œuvre . Nous découvrons une œuvre majeur Les Bacchantes d'Euripide, où elle réussit une synthèse entre les nouveaux outils de l'informatique musicale et la voix growl. Elle analyse également une œuvre purement instrumental "Roll..n'Roll...n'Roll".

Dans la quatrième partie, c’est une œuvre pour percussion Membranes qu’elle analyse. Nous abordons les rives du son et du temps. Pour finir, elle parle de ses projets.

une précision dans le 3ème entretien, elle évoque un chant funèbre de l'Égypte ancienne égyptien, Manèse ayant été adopté par les grecs à l'époque hellénistique. Comme Dionysos qui ne reconnait les frontières, les musiques font de même.

Publié par Omer Corlaix à 08:29am

commentaires