Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Musiques contemporaines XX & XXI

Musiques contemporaines XX & XXI

Chroniques de concerts,de festivals, d'événements, de livres, de disques et de DVD.

28 Février 2018

La potiche et les Victoires de la Musique classique

Frédéric Lodéon, Karol Beffa et Leila Kaddour-Boudadi, Victoires de la musique 2018

Frédéric Lodéon, Karol Beffa et Leila Kaddour-Boudadi, Victoires de la musique 2018

Les compositrices sont-elles solubles dans les Victoires de la musique ?

La réponse est simple, aucune femme n’a été Compositrice de l’année depuis la création de ce prix en 1986.

Aucune compositrice n'a été nominée dans la catégorie Compositrice de l'année 2018. 

On constate aussi un fort degré d’entre-soi puisque pour les Compositeurs de l’année, 4 compositeurs rassemblant sous leurs noms 11 nominations sur 18 nominations possibles.  Si on s’attache aux Créations de l’année, 2 compositeurs totalisent 5 nominations. Si on fait une analyse globale, Compositeurs de l’année plus les Créations de l’année.

On constate que les 8 compositeurs ayant eu plus de 2 nominations totalisent 21 nominations sur les 30 possibles.

Thierry Escaiche (4), Henri Dutilleux et Philippe Hersant (3), Maurice Ohanna, Pascal Dusapin, Eric Tanguy, Bruno Mantovani, Karol Beffa (2)

Compositeur de l'année

•          2000 : Bernard Cavanna, Concerto pour violon

•          2002 : Pascal Dusapin

•          2003 : Thierry Escaich

•          2004 : Éric Tanguy

•          2005 : Philippe Hersant

•          2006 : Thierry Escaich

•          2008 : Éric Tanguy

•          2009 : Bruno Mantovani

•          2010 : Philippe Hersant

•          2011 : Thierry Escaich, Alleluias pro amni tempore

•          2012 : Philippe Manoury, La nuit de Gutenberg

•          2013 : Karol Beffa

•          2014 : Richard Galliano, Fables of Tuba

•          2015 : Guillaume Connesson, Cythère

•          2016 : Philippe Hersant

•          2017 : Thierry Escaich

•          2018 : Karol Beffa, Le Bateau ivre

Création de l'année

•          1985 : Répons de Pierre Boulez

•          1986 : Concerto pour violon et orchestre d'Henri Dutilleux

•          1987 : Les Pléiades de Iannis Xenakis

•          1988 : La 10e Symphonie de Beethoven de Pierre Henry

•          1990 : La Création du monde de Bernard Parmegiani

•          1991 : Concerto pour cor, orgue de barbarie, saxophone, trombone de Marius  Constant

•          1992 : Mystères de l'instant d'Henri Dutilleux (2)

•          1993 : Llanto Por Ignacio Sanchez Mejias et Avoaha de Maurice Ohana

•          1994 : Œuvre pour guitare dix cordes de Maurice Ohana

•          1995 : Musique de chambre de Henri Dutilleux

•          2001 : Kientzy loops de Tom Johnson (compositeur)

•          2007 : Faustus, the Last Night de Pascal Dusapin

Publié par Omer Corlaix à 15:58pm - Voir le commentaire ()

27 Février 2018

Le compositeur Hèctor Parra est invité à la Biennale Musiques en scène 2018

Préambule, Hèctor Parra,fait revivre l'esprit du Quadrivium, la musique est également une métaphore du corps. Du macrocosme au microcosme. Première partie de l'entretien

... Limite les rêves au-delà, cette nouvelle œuvre commanditée par le violoncelliste Arn Deforce sera créé le samedi 10 mars à 20 aux Subsistances à Lyon. Deuxième partie de l'entretien

Le compositeur Hèctor Parra est invité à la Biennale Musiques en scène 2018
Le compositeur Hèctor Parra est invité à la Biennale Musiques en scène 2018

Publié par Omer Corlaix à 01:24am - Voir le commentaire ()

16 Février 2018

Núria Giménez-Comas en avant-première de la Biennale Musiques en scène 2018

Entretien avec la compositrice catalane Nùria Giménez-Comas à l'Ircam

Nùria Giménez-Coma et de Max Klinger: Opus VIII, "Ein Leben", Ins Nichts zurück [Back into nothingness : Du néant au néant]
Nùria Giménez-Coma et de Max Klinger: Opus VIII, "Ein Leben", Ins Nichts zurück [Back into nothingness : Du néant au néant]
Nùria Giménez-Coma et de Max Klinger: Opus VIII, "Ein Leben", Ins Nichts zurück [Back into nothingness : Du néant au néant]

Nùria Giménez-Coma et de Max Klinger: Opus VIII, "Ein Leben", Ins Nichts zurück [Back into nothingness : Du néant au néant]

Biennale musiques en scène  2018

Back into nothingness

Le vendredi 16 et samedi 17 mars au TNP (Théâtre national populaire) de Villeurbanne à 20 h

Núria Giménez-Comas (compositrice) et Laure Gauthier (auteure)

Anna Clementi (soprano) ; Choeur Spirito ; sous la direction de Nicole Corti

Le titre Back into nothingness est issu d‘une traduction en anglais du titre d’une gravure de Max Klinger, Ins Nichts Züruck  que l’on pourrait traduire Du néant au néant. Ce Hörspiele théâtralisé retrace le destin tragique du jeune Kaspar Hauser surgissant de nul part sur la place centrale de Nuremberg, le lundi de Pentecôte, du 26 mai 1826.  Cet enfant sauvage, celui que l’on va surnommer "l’orphelin de l’Europe“, va occuper les conversations pendant six de sa courte existence. Il décède en 1833 à l'âge de 21 ans. D’où vient-il ? Qui est-il ? Est-il un fabulateur ? Les deux missives l’accompagnant au moment de sa découverte vont susciter maintes interprétations. Il sera recueilli par le bourgmestre de Nuremberg, Jakob Friedrich Binder, il aura pour précepteur le philosophe Georg Friedrich Daumer. La fin de sa vie sera également mystérieuse. Il sera ainsi passé du néant au néant. Son histoire a généré de nombreuses œuvres comme le roman de Jakob Wassermann, Gaspard Hauser ou la paresse du cœur ou celui plus récent de Peter Handke, Gaspard. Il faut citer le chef-d’œuvre cinématographique de Werner Herzog, l'Énigme de Kaspar Hauser. Il est avec Woyzeck de Georg Büchner, l'autre grande métaphore de l'énigme de l'homme ordinaire, de l'homme sans qualité.

 

Publié par Omer Corlaix à 00:33am - Voir le commentaire ()