Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Musiques contemporaines XX & XXI

Musiques contemporaines XX & XXI

Chroniques de concerts,de festivals, d'événements, de livres, de disques et de DVD.

22 Juillet 2020

David Jisse (1946-2020). Voix intime à l’extension du domaine de la vie musicale

David Jisse (1946-2020). Voix intime à l’extension du domaine de la vie musicale

Le compositeur David Jisse nous a quittés samedi soir 19 juillet 2020, il a fait partie de la Commission musique contemporaine de l’Académie Charles Cros. La diversité de ses approches de la musique en a fait un des meilleurs experts. Il a été producteur de radio sur France Musique et France culture, chroniqueur, compositeur, arrangeur, chanteur et guitariste mais aussi directeur de la Muse en circuit, président du CDMC et membre fondateur de Fondateur du réseau Futurs-composés…

Le duo musical qu’il crée en 1968  avec la chanteuse Dominique Marge, « David et Dominique » débute son cursus honorum musical, le coffret réalisé par Frémaux et associés en porte encore témoignage. David Jisse brise le plafond de verre auquel tout artiste s’affronte à ses débuts, en interprétant en français la fameuse mélodie du chanteur et guitariste kabyle, Idir, disparu en mai dernier. A vava inouva dans son adaptation française pour Pathé est une réécriture par David Jisse et Georges Bignes,  Ouvre-moi vite la porte. Le dialogue entre un père et sa fille devient un duo d’amour à la française. On a d’emblée sa signature vocale, une voix douce, mélodieuse, peu timbrée susurrant légèrement son chant à sa partenaire. Cette empreinte vocale accompagne David Jisse toute sa vie sur scène comme à la radio.

Si on doit résumer son approche artistique, elle est donnée en ouverture de son site « auteur, compositeur et interprète », à partir de là toute sa vie artistique va se décliner, il faudrait aussi compléter avec le concept de « radiologue » car la « radiologie »musicale est présente tout au long de sa vie. Sa muse fut la radio ! Le lecteur de contes pour enfants qu’il fut aussi, rencontre le compositeur Luc Ferrari, son second tournant de sa vie artistique au milieu des années quatre-vingts. Luc Ferrari (1929-2005), pianiste et compositeur fut un moderne, il s’ouvrit à la musique contemporaine par la musique sérielle, il devint pleinement compositeur grâce à la musique concrète de Pierre Schaeffer. D’une musique « médiée » par l’enregistrement, Luc Ferrari inventa le « Hörspiel » français plus musical que son ancêtre allemand. David Jisse qui avait le « micro dans l’oreille » va comprendre  immédiatement l’enjeu musical de cette révolution sonore, le microphone plus que sa guitare a été son instrument de musique.

En 1999, il succède à Luc Ferrari à la tête du Studio de composition électroacoustique et radiophonique, il devient ensuite un gestionnaire redoutable. Après maintes péripéties, il obtient en 2006 de haute lutte le label d'tat de Centre national de création musicale pour la Muse en circuit. Parallèlement il impose dans le paysage musical un festival où se croisent les musiques de création « L’extension du domaine de la note » reprenant le titre du roman de Houellebecque, L’extension  du domaine de la lutte. Pluridisciplinarité et hybridation des genres sont les clefs d’approche, le concert sous casque, sa marque de fabrique ! Toujours présente, cette idée de l’intime, de l’intimité, une voix comme chuchotée à l’oreille. 

La troisième parte de sa vie fut plus politique, plus militante, il devient comme on dit un des acteurs de la vie musicale, il préside  aux destinées du Centre de documentation de musique contemporaine jusqu’à sa fermeture au début 2020. Il participe en 2005 à la fondation de cette aventure collective qu’est encore aujourd’hui  le réseau Futurs composés lequel réunit l’ensemble des parties prenantes de la musique contemporaine.

Publié par Omer Corlaix à 10:40am - Voir le commentaire ()

1 Juillet 2020

Écouter : Métaclassique #74 – Sidérer : Stockhausen par Lambert Dousson

Écouter : Métaclassique #74 – Sidérer :  Stockhausen par Lambert Dousson

« La plus grande oeuvre d’art pour le cosmos tout entier ». C’est en ces termes que le compositeur allemand d’avant-garde Karlheinz Stockhausen (1928–2007) a qualifié l’attaque terroriste contre le World Trade Center le 11 septembre 2001. Au-delà de sa portée morale, cet essai philosophique montre la double vérité, artistique et politique, que renferme cette déclaration. La première a pour nom propre « malentendu », la seconde « sublime ». Le malentendu connecte les propos du compositeur à son esthétique et sa métaphysique : il questionne l’essence et la puissance de la musique.

Qu’est-ce qui fait art ? Qu’est-ce qui fait œuvre ? Que sont un matériau, un acte, une forme artistiques ? Comment une expérience vécue peut-elle constituer un matériau pour l’art, et devenir l’objet d’une écoute ? Et lorsque cette expérience est l’expériencede la violence, de l’horreur, de la guerre ? Quelle action, voire quelle violence la musique peut-elle exercer ? « Sublime » désigne pour sa part le type de rationalité esthétique qui définit la politique du 11 septembre. Car au-delà de l’abîme qui sépare politiquement une bande de criminels fanatiques et une démocratie libérale, c’est une même logique esthétique que partagent un chef d’État s’adressant à la nation américaine comme s’il était le héros d’une superproduction hollywoodienne, un chef terroriste qui se maquille comme un présentateur-vedette de journal télévisé pour revendiquer un attentat, et un compositeur qui a vu une œuvre d’art dans un crime terroriste conçu pour ressembler à un film hollywoodien diffusé à la télévision.

Cette logique révèle qu’esthétisation de la politique et marchandisation de la culture sont les deux faces d’un même phénomène qui affecte nos sociétés. Essai critique sur la violence de la musique et la musique de la violence, à l’intersection de la théorie politique et de la théorie esthétique, ce livre analyse les rapports entre art et terreur, technologie et culture, et considère la musique comme un objet de connaissance autant qu’une source de savoir sur notre monde.

Publié par Omer Corlaix à 09:19am - Voir le commentaire ()